Statut de l’agent commercial dans le Code de commerce (Partie réglementaire)

Résumé. Le statut de l’agent commercial est non seulement régi par les articles législatifs du Code de commerce (articles L 134-1 et suivants) mais également par des articles réglementaires du Code de commerce (obligation d’information de l’agent commercial, obligation d’information du mandant, immatriculation de l’agent commercial, registre spécial des agents commerciaux).

Article R134-1

L’agent commercial communique à son mandant toute information nécessaire à l’exécution de son contrat.

Article R134-2

Le mandant met à la disposition de l’agent commercial toute documentation utile sur les produits ou services qui font l’objet du contrat d’agence. Il communique à l’agent commercial les informations nécessaires à l’exécution du contrat. Il l’avise dans un délai raisonnable, notamment s’il prévoit que le volume des opérations sera sensiblement inférieur à celui auquel l’agent commercial aurait pu normalement s’attendre.

Il informe également l’agent commercial, dans un délai raisonnable, de son acceptation, de son refus ou de l’inexécution d’une opération que celui-ci lui a apportée.

Article R134-3

Le mandant remet à l’agent commercial un relevé des commissions dues, au plus tard le dernier jour du mois suivant le trimestre au cours duquel elles sont acquises. Ce relevé mentionne tous les éléments sur la base desquels le montant des commissions a été calculé.

L’agent commercial a le droit d’exiger de son mandant qu’il lui fournisse toutes les informations, en particulier un extrait des documents comptables nécessaires pour vérifier le montant des commissions qui lui sont dues.

Article R134-4

Conformément à l’article L. 134-16, est réputée non écrite toute clause ou convention contraire aux dispositions des articles R. 134-1 et R. 134-2 ou dérogeant, au détriment de l’agent commercial, aux dispositions de l’article R. 134-3.

Article R134-5

Modifié par Décret n°2007-750 du 9 mai 2007 – art. 31 JORF 10 mai 2007

Lors de sa demande d’immatriculation, la personne physique mariée sous un régime de communauté légale ou conventionnelle fournit un justificatif, conformément au modèle défini par arrêté du garde des sceaux, ministre de la justice, établissant que son conjoint a été informé des conséquences sur les biens communs des dettes contractées dans l’exercice de sa profession.

L’agent commercial déclare, le cas échéant, qu’il a effectué une déclaration d’insaisissabilité de ses droits sur l’immeuble où est fixée sa résidence principale, en application de l’article L. 526-1, en précisant le lieu de publication de cette déclaration.

Il déclare, en outre, les nom, nom d’usage, prénoms, date et lieu de naissance, domicile, lorsqu’il est différent du sien, de son conjoint qui collabore effectivement à son activité professionnelle dans les conditions définies à l’article R. 121-1.

Article R134-6

Les agents commerciaux se font immatriculer, avant de commencer l’exercice de leurs activités, sur un registre spécial tenu au greffe du tribunal de commerce dans le ressort duquel ils sont domiciliés. Ils produisent à cet effet une déclaration dont récépissé leur est délivré.

Par dérogation aux dispositions de l’alinéa précédent, dans les départements du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle le registre spécial d’immatriculation des agents commerciaux est tenu pour l’étendue du ressort de chaque tribunal de grande instance au greffe des tribunaux d’instance de Colmar, Metz, Mulhouse, Sarreguemines, Saverne, Strasbourg et Thionville.

Tout fait de nature à modifier l’une des mentions figurant à la déclaration d’immatriculation fait l’objet d’une déclaration.

Article R134-7

L’immatriculation au registre spécial des agents commerciaux et le récépissé de déclaration sont valables cinq ans à compter de la date d’immatriculation.

Article R134-8

Tout agent commercial qui cesse d’exercer son activité demande, dans un délai de deux mois, la radiation de son immatriculation en indiquant la date de cette cessation. La même obligation incombe à l’agent commercial qui ne remplit plus les conditions fixées par le présent chapitre.

Article R134-9

A défaut de demande de radiation dans le délai prescrit, le juge commis à la surveillance du registre du commerce et des sociétés du ressort rend soit d’office, soit à la requête du procureur de la République ou de toute personne justifiant y avoir intérêt une ordonnance enjoignant à l’intéressé de faire procéder à sa radiation.

L’ordonnance du juge est notifiée à l’intéressé dans les conditions prévues à l’article R. 123-140. Les voies de recours sont exercées conformément aux dispositions des articles R. 123-141 et R. 123-142.

L’ordonnance est exécutée dans le délai de quinze jours à compter du jour où elle est devenue définitive. A défaut, le greffier procède d’office à cette radiation à l’expiration de ce délai.

Article R134-10

En cas de décès d’un agent commercial, l’obligation de demander la radiation incombe à ses héritiers ou ayants cause à titre universel.

Lorsque le greffier a reçu la preuve du décès d’une personne immatriculée, et faute par les héritiers ou ayants cause à titre universel de se conformer aux dispositions de l’alinéa précédent, il procède d’office à la radiation de cette personne un an après la date du décès.

Article R134-11

La radiation d’un agent commercial inscrit est ordonnée d’office par toute juridiction de l’ordre judiciaire lorsque cette juridiction rend une décision entraînant pour l’intéressé l’incapacité ou l’interdiction d’exercer sa profession.

Cette radiation est faite par le greffier ou notifiée par lui au greffier compétent.

Article R134-12

Le lieu et le numéro de l’immatriculation au registre spécial figurent sur les documents et correspondances à usage professionnel de l’intéressé.

Article R134-13

Les déclarations relatives à l’immatriculation des agents commerciaux, à la modification de leur situation ou à la cessation de leur activité peuvent être effectuées par voie électronique dès lors qu’elles peuvent être transmises et reçues par cette voie.

Pour toutes les transmissions par voie électronique mentionnées au premier alinéa, il est fait usage d’une signature électronique sécurisée dans les conditions prévues à l’article 1316-4 du code civil et par le décret n° 2001-272 du 30 mars 2001 pris pour son application. Toutefois, pour les déclarations relatives à l’immatriculation des agents commerciaux, cette signature électronique peut résulter de l’usage d’un procédé répondant aux conditions définies à la première phrase du second alinéa de l’article 1316-4 du code civil.

Le greffier accuse réception, selon les modalités fixées par l’arrêté prévu à l’article R. 134-17, de toute transmission qui lui est faite dès que celle-ci lui parvient.

Article R134-14

Est puni de l’amende prévue par le 5° de l’article 131-13 du code pénal pour les contraventions de la cinquième classe le fait d’émettre des déclarations inexactes ou incomplètes en vue de l’immatriculation au registre spécial prévu à l’article R. 134-6 ou en vue de la modification ou du renouvellement de l’immatriculation.

Article R134-15

Est puni de l’amende prévue par le 5° de l’article 131-13 du code pénal pour les contraventions de la cinquième classe le fait, par toute personne exerçant les activités définies à l’article L. 134-1 :

1° De ne pas faire la déclaration prévue à l’article R. 134-6 dans les conditions prévues par cet article ou les textes pris pour son application en vue de l’immatriculation au registre spécial ;

2° De ne pas signaler les changements survenus dans les mentions figurant sur cette déclaration ;

3° De ne pas demander le renouvellement de son immatriculation en application de l’article R. 134-7 ;

4° De ne pas demander la radiation de son immatriculation au registre spécial en dépit de la cessation d’exercice des activités définies à l’article L. 134-1.

Article R134-16

Est puni de l’amende prévue par le 3° de l’article 131-13 du code pénal pour les contraventions de la troisième classe le fait de ne pas faire figurer sur tous les documents et correspondances à usage professionnel le lieu et le numéro d’immatriculation au registre spécial en dépit de l’inscription à ce registre.

Article R134-17

Un arrêté du garde des sceaux, ministre de la justice, et du ministre de l’économie et des finances fixe la forme de la déclaration d’immatriculation.

CABINET FOUSSAT, Société d’Avocat, PARIS / BRUXELLES
contact@cabinetfoussat.com – Tél. : +33 (0)1 45 74 64 65bruxelles@cabinetfoussat.com – Tél. : + 32 (0)2 318 18 36
-